Land Trust Alliance
of British Columbia

 

Notre histoire remonte à 1997, lorsque LTABC a été fondé. Notre événement annuel de trois jours de formation et de réseautage sur la conservation – the Seminar Series, est une occasion de réseauter et d’apprendre sur des sujets allant de l’intendance aux tendances environnementales, sur la collecte de fonds et sur les espèces en péril. LTABC fournit également de la formation et un soutien en éducation aux réseaux régionaux et aux professionnels associés à la conservation des terres privées. Chaque mois, nous publions des infolettres, une liste d’événements, des actualités, des offres d’emplois et des opportunités de financement. Chaque année, nous publions LAND, le magazine de LTABC, qui promeut le travail des organismes de conservation en Colombie-Britannique. Nous proposons également une infolettre en ligne.

Au cours de nos premières années, nous avons créé la base de données personnalisée – Catalogue des terres protégées et son registre en ligne accessible à tous afin de suivre et de planifier de nouvelles initiatives de conservation. Nous avons réalisé d’autres projets de recherche, notamment: What makes a Successful Organization, Monitoring of Conservation Lands across Canada, un rapport sur le calcul des bénéfices économiques des aires naturelles, une étude-pilote sur les valeurs d’évaluation des propriétés sur les terres protégées et de nombreux autres sujets de recherche favorisant la conservation en Colombie-Britannique.

Nos publications sont variées, allant de l’Atlas communautaire de la mer des Salish, des CD sur les inventaires de base et des modèles de documents, à une série de kits et de brochures d’information sur la conservation. Nous offrons également à nos membres des services financiers, y compris un programme d’assurance collective et de petites subventions lorsque disponibles.

Ontario Land Trust Alliance

 

OLTA a été créé en 1997 en tant que comité au sein de la Fédération des naturalistes d’Ontario. Il a été connu sous le nom d’Ontario Nature Trust Alliance, avec 14 membres fondateurs. En juillet 2002, avec 23 organismes de conservation membres, il a été décidé de se constituer en tant que nouvel organisme indépendant nommé Ontario Land Trust Alliance. Ce changement reflétait mieux les activités de tous ses membres, qui comprenaient désormais des biens patrimoniaux récréatifs, agricoles et bâtis ainsi que des biens patrimoniaux naturels.

OLTA promeut l’excellence dans la conservation des terres à travers son réseau de membres en fournissant un soutien et une assistance, en sécurisant du financement, en promouvant l’excellence organisationnelle et en représentant une voix collective pour les organismes de conservation. OLTA promeut l’excellence en conservation volontaire en Ontario en tant qu’organisme non partisan et indépendant faisant la promotion de meilleures pratiques. Il compile et partage des données sur les organismes de conservation et sur les partenaires de recherche et d’éducation pour contribuer à l’expertise en planification de la conservation. OLTA continue également d’agir en soutien au secteur en tant qu’administrateur de confiance par des programmes de financement.

OLTA facilite également de nombreuses possibilités d’apprentissage et d’éducation pour ses membres ainsi que pour le public. Le OLTA Land Trust Gathering est la conférence annuelle de formation, le développement des compétences et de réseautage rassemblant des organismes et autres professionnels de la conservation ainsi que des acteurs du domaine de l’environnement et du secteur caritatif de partout en Ontario. Les participants à cet évènement bénéficient d’assister à des ateliers et des séances plénières. Les webinaires et les ateliers de formation ne sont que quelques-unes des nombreuses autres ressources variées créées et distribuées par OLTA au profit de la communauté de la conservation.

Réseau de milieu naturels protégés

Le Réseau de milieux naturels protégés (RMN) a été créé en 1993 à titre d’organisme à but non lucratif afin de donner une voix collective au secteur privé de la conservation. Auparavant, sept organismes formaient le « Regroupement des organismes propriétaires de milieux naturels protégés du Québec ». Ensemble, ils ont développé de nouvelles pratiques de conservation au Québec et ont travaillé sur des enjeux cruciaux comme le droit fiscal, l’aménagement du territoire et l’augmentation du financement des organismes de conservation.

Depuis lors, le monde de la conservation n’a cessé d’évoluer. Avec un intérêt accru pour la protection des terres privées, il est apparu un plus grand besoin de services de renforcement des capacités dans le secteur de la conservation. De nombreuses nouvelles organisations de conservation ont commencé à se former et ont uni leurs forces avec RMN, créant un solide réseau de collaboration. En 2004, le Réseau de milieux naturels protégés voit le jour tel que nous le connaissons aujourd’hui. Sur une lancée dynamique depuis le début du millénaire, le RMN continue d’élargir son expertise pendant que ses membres grandissent en nombres et en superficies protégées. Soutenu par leurs connaissances et leur expertise, le RMN a raffiné les techniques de conservation, les pratiques de gestion et les capacités d’intendance.

De nos jours, des individus s’engagent également de plus en plus en conservation volontaire, via des accords de conservation par exemple, et de nouveaux organismes de conservation voient le jour. Grâce aux efforts de ces groupes travaillant localement avec les gestionnaires de territoire, les municipalités s’engagent de plus en plus activement dans la protection de l’environnement chez eux.

Le RMN représente actuellement la majorité des organismes de conservation du Québec, ainsi qu’un grand nombre d’acteurs de la conservation et de groupes de gestion territoriale. Nous nous concentrons sur la préservation du patrimoine naturel puisque les milieux naturels contribuent à un mode de vie sain et fournissent des services économiques, sociaux et environnementaux aux communautés. Notre mission est de protéger ces milieux en promouvant et en encourageant le mouvement de la conservation volontaire au Québec. Ce faisant, nous nous assurons que les préoccupations en conservation soient communiquées publiquement et qu’elles reçoivent une attention soutenue de nos gouvernements, tout en poursuivant notre soutien aux personnes intéressées par la conservation et le développement de programmes d’aide financière.